Le 22 octobre 2019
Volume 37, Numéro 8

La vie au 15e siècle

 

Si vous aimez connaître l'origine des mots et des expressions, vous allez savourer ce petit texte. Bonne lecture! 
 
La prochaine fois que vous prendrez votre bain et que vous trouvez que l'eau n'est pas à la température souhaitée, pensez à vos ancêtres qui vivaient au15e siècle...
 
1. La plupart des gens se mariaient en juin, parce qu'ils avaient pris leur bain en mai et qu'ils sentaient encore bon.  Cependant, la chaleur arrivant, ils commençaient à sentir, alors les mariées apportaient un bouquet de fleurs pour cacher l'odeur... d'où la coutume, pour la mariée, de porter un bouquet... 
 
2. Les bains se prenaient dans un grand tonneau rempli d'eau chaude. L'homme de la maison avait le privilège de passer le premier, puis tous les autres fils et hommes; alors seulement après tous les mâles venaient les femmes et finalement les enfants, et le dernier de tous, le bébé. Mais comme l'eau était devenue très sale et qu'on pouvait perdre quelqu'un au fond, on lançait la phrase, avant de vider le tonneau: «Attention de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain...» 
 
3. Quand le mari réussissait à se procurer du porc, c'était un signe de richesse et quand un homme pouvait apporter du bacon à la maison d'où l'expression est restée: «Bring home the bacon» (Rapporter le bacon (la paye) à la maison). 
 
 
4. Les coupes pour la bière et le wisky étaient en étain. Il provoquait des malaises et les gens se traînaient sur les routes et on les pensait souvent morts. Mais avant de les enterrer, on les amenait sur la table de la cuisine et pendant ce temps, les autres buvaient et mangeaient jusqu'à ce que le malade se lève enfin ou décède, pour de vrai... d'où vient la coutume de «la veillée au corps»...
 
5. Souvent, comme les cimetières étaient vite remplis, on enterrait, plus tard, dans le même terrain. Mais plus d'une fois sur 25, on constatait que le «mort» précédent avait gratté et laissé des traces sur la pierre tombale. Ils réalisèrent donc que certains avaient donc été enterrés encore vivants... Alors, pour éviter pareille torture, ils décidèrent d'accrocher une corde au poignet du mort qu'ils laissaient ressortir en dehors et ils y accrochaient une cloche. Et quelqu'un devait veiller chaque nuit pour voir si la cloche ne sonnerait pas. Si oui, on disait qu'il avait été «sauvé par la cloche».
 
Et tout ceci est la vérité... Maintenant, qui osera affirmer que l'histoire est ennuyeuse?