Le 24 mai 2017
Volume 35, Numéro 5
Pour l'amour des animaux !
Reportage

Pour l'amour des animaux !

Il y a quelques semaines, la présidente de notre journal m'a suggéré d'aller rencontrer des résidents de Shipshaw qui sont propriétaires de serres. J'ai trouvé l'idée très inspirante; je m'attendais à rencontrer des producteurs de  tomates ou de fleurs, j'étais curieuse d'en apprendre davantage sur les différentes  formes de culture en serre durant l'hiverJ'étais dans l'erreur! Il s'agissait plutôt de passionnés qui ont un loisir tout aussi intéressant mais vraiment différent, ils élèvent des cerfs.

C'est donc par une belle journée froide et ensoleillée du mois de janvier que j'ai eu la chance de rencontrer Robin Guy et son épouse Suzanne TremblayIls demeurent à Shipshaw depuis 40 ansIls ont  eu la gentillesse de me faire visiter leur élevage de cerfs situé sur la route Mathias à Shipshaw.

C'est en 1999 que Robin et son épouse Suzanne ont décidé d'acheter leur premier cerf, un cerf rouge de la même famille que le Wapiti, c'est le cerf européen appelé le cerf noble ou cerf élapheAujourd'hui leur élevage compte trente-cinq cerfs rouges. 

Dans un espace bien aménagé qui s'étend sur 22 hectares, les cerfs peuvent se promener et vivre en toute libertéL'élevage de Robin et Suzanne compte 3 mâles et 32 femelles

Les cerfs rouges sont herbivores. En été, les grands pâturages aménagés par Robin et Suzanne produisent toute  l'herbe nécessaire à leur alimentation.  Durant l'hiver, ils vivent sur un habitat qui leur permet  d'hiberner paisiblement tout en en ayant accès facilement à de la nourriture.  A tous les jours, Robin et Suzanne veillent à ce que leurs cerfs puissent facilement se nourrir de foin et ainsi résister à notre climat rigoureux.

Même s'ils sont herbivores,  c'est avec un peu de nervosité, devinant probablement la présence d'un étranger, qu'ils sont accourus vers nous pour venir manger avec appétit des morceaux de pain. Malgré un vent froid qui nous glaçait les joues, avec la complicité  de Robin et Suzanne, j'ai eu la chance de les attirer  vers moi.

J'ai donc pu observer la  différence entre un mâle et une femelle puisque le mâle a une crinière en automne et en hiver contrairement à la femelle qui n'en a pas.  La femelle cerf a une taille plus petite et est  beaucoup plus élancée que le mâle. A cette époque de l'année, les cerfs ont perdu leur bois puisque c'est à l'automne qu'ils sont coupés. La coupe du bois doit se faire selon des règles  bien précises et au bon moment afin de ne pas blesser l'animal.   


Vers la fin septembre jusqu'au début octobre,  le mâle, par son cri, doit sûrement se faire entendre  dans toute la route Brassard et les environs. Ce cri qu'on appelle le brâme, vous l'aurez deviné, sert à attirer les femelles  durant cette période de l'année. C'est l'appel de la nature!

Bien que le  cerf rouge soit un cervidé très résistant, qu'il soit rarement  malade et aime vivre en troupeau, à tous les jours Robin et Suzanne leur fournissent les soins nécessaires et un milieu de vie adapté selon le climat. C'est un engagement exigeant mais gratifiant qu'ils respectent depuis presque 20 ans.

En cet après-midi d'hiver, malgré un froid mordant et le vent qui nous giflait les oreilles, c'était de toute beauté d'apercevoir ces cerfs rouges qui vivaient dans un habitat tranquille et en toute liberté. Dans cet endroit respectueux des animaux, ces cervidés ont une espérance de vie d'environ 17 ans. La plus âgée des femellesmaintenant 17 ans et elle a mis au monde un petit cerf en 2015.  Ce petit cerf, appelé aussi un faon, a un pelage moucheté qui nous rappelle le film Bambi de Walt Disney.

En cet après-midi de janvier, je n'ai pas vu de plans de tomates, je n'ai pas vu des semences de fleurs dans les serres, mais j'ai vu des passionnés qui cultivent l'amour des animaux.