Le 17 novembre 2018
Volume 36, Numéro 9
Historique
AFEAS

Historique

Un mandat bien rempli

Après plusieurs années d'implication et après mûre réflexion, je ne renouvellerai pas mon mandat à la présidence de l'Afeas. Je remercie Françoise Desbiens de m'avoir proposé de prendre la relève, un très grand soulagement pour moi. Je garderai le projet qui me tient à cœur, celui de transférer notre patrimoine artisanal aux jeunes de la "Maison des jeunes". J'offre mes services pour continuer à faire le lien entre le journal La Vie d'Ici et l'Afeas si on m'en confie la responsabilité (ce que Françoise souhaite si elle est élue à la présidence). Le lien avec le journal local nous permet un rayonnement prévilégié auprès de la population shipshoise. Je demeure quand même en réflexion. 

Un petit historique pour rappeler aux "nouvelles" et à celles qui prendront la relève un jour: si l'Afeas existe encore, c'est qu'il y a eu des femmes avant nous qui se sont impliquées afin de défendre nos droits. Malheureusement nous devons encore en 2018 continuer ce combat de l'égalité entre l'homme et la femme dans tous les domaines. Je voudrais tout simplement vous rappeler que "l'éducation et l'action sociale" sont notre première mission à l'Afeas;  nous impliquer socialement, ne l'oublions surtout pas. Cela fait déjà 11 ans que je m'implique dans ce mouvement dont 6 ans comme présidente. 

En 2013 nous avons déménagé au centre Multiservice ainsi que plusieurs associations telles la Fadoq, les Chevaliers de Colomb, la bibliothèque, la Maison des jeunes, la Vie d'Ici, le comité de St-Jean-Vianney. Je me suis donc retrouvée à la présidence du centre Multiservice et nous avons dû constituer un nouveau conseil d'administration qui s'est aussitôt attaqué à la tâche exaltante mais parsemée d'embûches de rendre opérationnelle et conviviale cette magnifique construction. 

En 2014, j'ai eu 2 cancers et j'ai quand même continué parce  qu'il n'y avait  pas de relève et  comme dans toutes les associations,  la relève n'est pas toujours facile puisque cela demande beaucoup d'implication et surtout de faire preuve d'abnégation. 

Dans mes premières années à l'Afeas, je me suis impliquée avec d'autres personnes à l'école Bois-Joli ainsi que sur le projet pour faire œuvre de mémoire sur la tragédie de St-Jean-Vianney, ce qui nous a permis  de gagner le prestigieux prix provincial Azilda Marchand. Marlène Tremblay m'a accompagnée durant certaines rencontres avec l'école Bois-Joli. 

L'an passé j'avais déjà fait une approche afin de transférer notre savoir aux jeunes mais il n'y avait pas eu de suite; enfin aujourd'hui, la responsable de la Maison des Jeunes, Josianne Diaz accepte de travailler avec nous afin de préparer différentes activités conjointement. J'en suis très heureuse puisque plusieurs membres de mon CA étaient intéressées à cette démarche. 

Au mois de décembre 2016, nous avons souligné les 50 ans de l'afeas St-Jean-Vianney et nous avons eu un plaisir fou durant une pièce de théâtre humoristique et à caractère historique, mettant en valeur certains personnages d'autrefois. Plusieurs membres actuelles faisaient partie de la présentation. 

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont œuvré avec moi durant mon mandat à la présidence, entre autre Marlène Tremblay qui a été un soutien efficace; elle était de bon conseil dans des décisions difficiles; nous avons formé une équipe solide et dynamique. 

"Lorsque deux forces sont jointes, leur efficacité est double". Isaac Newton 

La dernière année a été plus difficile pour moi au point de vue santé et cela fait partie un peu de ma décision de laisser la présidence de l'Afeas. Je pense qu'il faut savoir laisser quand c'est le temps et je ne suis pas inquiète pour les personnes qui vont prendre le relais. De mon côté, je suis une femme de défi; m'impliquer c'est dans ma nature. 

Je ne vous laisserai pas sans parler de 2 personnes qui sont encore dans l'Afeas et qui sont mes idoles, Rita et Françoise Tremblay; ces deux femmes font et sont l'histoire de l'Afeas; c'est tellement intéressant de les entendre et de les voir travailler ensemble. Merci à vous deux pour votre écoute et votre implication constante, je vous aime tellement. 

Formation sur la fabrication de lavettes à vaisselle

Un cours sur la fabrication de lavettes a eu lieu le 16 avril  et a été donné avec l'aide de  Nicole Tremblay, Sara Boudreault et Colette Côté; 8 femmes ont suivi la formation. Elles ont bien l'intention de montrer comment s'en servir à leur mari. Ce fut très amical et cela constitue pour elle un savoir intéressant qu'elles pourront un jour communiquer à d'autres.   

Atelier d'horticulture

Le 10 avril dernier, 31 personnes ont assisté à un atelier donné par M. Alain Bouchard de la société d'horticulture de Jonquière. Je tiens à remercier toutes les personnes qui se sont déplacées pour y assister, entre autre plusieurs jeunes de la Maison des jeunes avec la responsable Josianne Diaz; un beau projet qui va nous permettre de faire des activités conjointement ou intergénérationnelles.

Voici un petit retour sur ce qu'il faut savoir quand nous préparons des semis: 

Nous devons semer les légumes, les herbes et les fleurs du début mars à la fin avril; plus tôt les plants s'étiolent facilement et deviennent trop âgés pour être transplantés.

`              Une fois les contenants remplis jusqu'à un centimètre du bord, on nivelle la surface et on tasse légèrement le substrat avant d'effectuer le semis.

`              Les graines sont distribuées uniformément et sans excès. Un semis trop serré favorise l'étiolement des jeunes plantules et nécessite un repiquage prématuré.

`              Plus les semences sont fines, moins il faut les recouvrir.

`              Tamisez simplement un peu le mélange pour semis au-dessus des graines.

`              Certaines semences comme celles du "Begonia semperflorens" ont besoin de lumière pour germer et ne doivent pas être recouvertes.

`              Suivez les recommandations indiquées sur le sachet de semences ou consultez la littérature horticole en cas de doute.

`              Arrosez par immersion pour ne pas déranger les semences, en faisant tremper la base du contenant dans l'eau pendant 15 minutes et couvrez le contenant d'une plaque de verre ou d'un couvercle en plastique.

`              Dès que les plantules apparaissent, découvrez le contenant et abaissez la température de quelques degrés.

`              Les plantes de la famille du concombre (melon, courge, citrouille, etc.), aux racines très fragiles, ne peuvent être repiquées. Il faut donc les semer dans des contenants de tourbe biodégradable.

`              Certaines espèces comme la tomate et la tagète peuvent aussi être semées directement dans des pots individuels et n'auront pas besoin d'être repiquées.  

Repiquage

Le repiquage consis-te à transplanter les plantules afin de leur offrir l'espace nécessaire à leur croissance. Cette opération favorise le développement de racines secondaires qui assurent un meilleur soutien de la plante. Le substrat employé pour le repiquage doit contenir plus de matières nutritives pour suffire aux besoins de la plante. 

Une plantule peut être repiquée lorsqu'elle porte deux vraies feuilles. Si l'on attend davantage, les racines seront très entremêlées, il sera plus difficile de repiquer sans les endommager et la croissance des plantules sera affectée. 

Avant de repiquer, il faut arroser les plantules. On les dégage délicatement avec un bâtonnet. En la tenant par une feuille et non par la tige, séparez chaque plantule de l'ensemble. Repiquez dans une caissette ou dans de petits contenants en recouvrant la plantule jusqu'aux premières feuilles et arrosez délicatement. Après deux semaines, fertilisez avec un engrais soluble dissous dans l'eau d'arrosage, par exemple un produit à base d'algues et/ou de poisson.