Le 18 septembre 2018
Volume 36, Numéro 7
Maman d'estrade
Portrait

Maman d'estrade

Si pour plusieurs jeunes il s'agit d'une corvée, d'un mal nécessaire, d'autres y prennent tellement goût que les pratiques, matchs et compétitions trouvent une place immense au coeur de la famille. C'est le cas de Sonia Pelletier dont le garçon, Guillaume, joue au basketball Junior AA, l'un des niveaux les plus prestigieux pour les joueurs québécois. 

Si Guillaume peut se féliciter d'avoir le talent pour compétitionner parmi les meilleurs joueurs de la province, sa maman, elle, peut être fière de suivre le rythme de vie intense qu'impose le sport. «Je ne suis pas une maman-coach, mais je suis une maman d'estrade!» D'abord deux entrainements par semaine à la polyvalente d'Arvida. Maman doit faire le taxi. Puis une partie la fin de semaine, souvent à l'extérieur de la région (pouvant aller jusqu'à Gatineau). Et les parents de Guillaume se déplacent la plupart du temps.  S'ajoutent à cela quelques compétitions à l'extérieur chaque année où les parents se déplacent quelques jours pour regarder. «On n'est pas obligé d'y aller, mais c'est sûr qu'on veut encourager notre enfant!». 

Tout ça en gardant un oeil sur ses études...

Malgré son dévouement, Sonia a imposé certaines limites à la pratique sportive de son garçon. Elle a toujours tenu à ce qu'il soit libre l'été pour qu'il puisse passer davantage de temps en famille. Puisqu'il pratique son sport seulement durant l'année scolaire, cela était possible. Par contre Guillaume tente maintenant sa chance au niveau Junior AAA, ce qui bousculerait quelque peu la tradition familiale. Il est également courtisé par d'autres écoles secondaires de la région afin d'y jouer la saison prochaine. Sa mère refuse toutefois qu'il change d'école pour sa dernière année au secondaire. «Les jeunes se mettent beaucoup de pression et on la vit aussi», avoue la mère du joueur de basketball. «Après chaque match, ce sont des émotions différentes, qu'ils perdent ou qu'ils gagnent, et on doit essayer de gérer ça pour garder l'esprit sportif», ajoute-t-elle. 

Sonia Pelletier est également impliquée dans les activités de bénévolat de l'équipe. Elle investit régulièrement son temps dans les nombreuses activités de financement de l'équipe, notamment leur cantine durant les matchs. «Je suis la maman cool des jeunes!», s'exclame-t-elle. Elle a également été pendant deux ans sur le conseil d'administration de l'équipe. 

Évidemment ces efforts ne sont pas vains. Même si Guillaume ne fera pas nécessairement du basketball une carrière, il aura au moins développé d'excellentes habitudes de vie, appris la discipline et à vivre avec de grandes réussites et de grandes déceptions. Grâce à sa volonté et par sa persévérance assurément, mais aussi grâce au travail de sa mère en coulisse.