Le 18 septembre 2018
Volume 36, Numéro 7
Opinion

Faut pas buzzer avec le pot

À quelques semaines de la possible légalisation de la marijuana (après avoir déjà été retardé, on peut douter que tous les paramètres seront en place pour la mi-octobre), plusieurs discours opposés se font entendre. Si on peut croire que les Québécois sont majoritairement favorables, bien qu'un peu réticents à la légalisation, on constate –à l'heure d'écrire ces lignes- que la proposition du chef de la CAQ, François Legault, de changer l'âge légal pour 21 ans reçoit un appui populaire non négligeable. 

La population a raison de s'inquiéter. Il s'agit de la toute première fois qu'une drogue est légalisée au Canada, un chamboulement social nettement plus important que la courte période de prohibition d'alcool qu'a connu le pays au tournant des années 20. 

Malgré toutes les études dévoilées dans les dernières décennies et les arguments du gouvernement de Justin Trudeau évoquant la possibilité de damer le pion au crime organisé et d'exercer un meilleur contrôle sur la marijuana qui est de toute façon déjà consommée par les Canadiens, aucun constat scientifique ou discours politique ne semble calmer les préoccupations. 

Il serait toutefois quelque peu hypocrite de s'alarmer de la consommation d'une nouvelle substance chimique. Le Canada en général et le Québec en particulier sont déjà parmi les endroits dans le monde où l'on consomme le plus de drogues légales, communément appelées médicaments. 

Les dernières statistiques mondiales plaçaient le Canada en seconde position pour ce qui est des dépenses en pilules, derrière nos voisins américains. Radio-Canada révélait en mars dernier que le Québec est en quatrième position des provinces canadiennes pour ce qui est de la consommation d'antidépresseurs avec 62 pilules consommées par habitant, chaque année. Seules les provinces maritimes nous devancent dans cette statistique. 

Plusieurs constats peuvent ressortir de ces chiffres. D'emblée on peut croire que l'accès aux médicaments est, permettez-moi l'expression, tout croche. D'une part parce qu'on prescrit trop de médicaments (ce sont les professionnels eux-mêmes qui le reconnaissent), mais surtout parce qu'ils sont mal prescrits. 

La médicamentation est une solution de dernier recours pour la plupart des maladies, en particulier la dépression ou l'épuisement professionnel. L'accès aux spécialistes permettrait d'agir en amont, avant que la prise de médicaments devienne nécessaire. Hors, nos spécialistes psychologues sont quasi-inaccessibles dans le système de santé public. Quiconque se sentant fatigué, épuisé, vidé et souhaitant rencontrer un professionnel s'embarque dans une quête qui risque de finir de l'achever. 

J'ai moi-même quelques proches qui se sont essayés sur ce sentier escarpé. D'abord rencontrer un médecin généraliste, qui risque encore de ne pas croire le patient. Les docteurs craignent de signer un arrêt de travail à quelqu'un qui veut abuser du système, un risque supposément important. Et si dans le meilleur des mondes le patient est bel et bien référé à un psychologue, l'attente peut prendre plusieurs mois. On sait bien que la dépression, comme un cancer, peut évoluer rapidement. Notre pauvre patient se retrouve alors devant un psychologue qui ne peut se permettre de faire un véritable suivi médical. La bouée de secours est évidemment la prescription de médicaments qui permettra au moins d'apaiser les symptômes les plus graves de la dépression ou de l'épuisement professionnel.  

Le rapport avec la légalisation prochaine de la marijuana? Eh bien cette drogue à des effets antidépresseurs reconnus. Le Devoir faisait part l'an dernier d'une étude montréalaise expliquant que la plante avait naturellement de tels effets, à faible dose. Lorsqu'on augmente la dose, il existe toutefois un risque que le cannabis ait l'effet contraire. 

Ce serait tout de même ironique que les Québécois boudent les dispensaires de cannabis et soient toujours aussi nombreux à aller vers les médicaments antidépresseurs.

 Évidemment, l'auto-médicamentation de cannabis dans le cas d'une dépression ou d'un épuisement reste une bien mauvaise solution. L'idée serait plutôt, encore une fois, d'agir en amont. On essaie tous de changer nos habitudes de vie, mais l'exercice demeure extrêmement difficile. Il faudra éventuellement accepter le cannabis comme une alternative lorsque la substance sera légalisée.    

Un petit joint pour soigner un coup de blues vaut certainement mieux qu'une lourde médicamentation sur plusieurs semaines pour s'occuper d'une dépression sévère.