Le 16 février 2020
Volume 38, Numéro 2
Billet

La folle du logis

Lorsque tu cours le lundi matin à -15 degrés, dans un pied de neige le long du boulevard, tu peux t'attendre à toutes sortes de réflexions de la part des conducteurs qui croisent ta route. Pour le plaisir et parce que je n'ai pas d'autres choses à faire que de penser pendant que je cours, j'ai décidé d'imaginer ce que les conducteurs et conductrices pensaient de moi.

Type #1: Conducteur ou conductrice entre 18 et 25 ans environ, faisant partie de la génération Z ou C. "Check la malade qui court à matin, à -1000 dans 6 pieds de neige. Il y en a qui n'ont rien à faire de leur vie! Pas facile!".

Type #2: Conductrice nouvellement retraitée, ayant de très jeunes petits-enfants. "Pauvre madame! Ça n'a pas de bon sens de courir de même! Est pas mal courageuse en tout cas. Des plans pour s'échauffer les sangs! Me semble qu'elle avait pas mal la « falle » à l'air!".

Type #3 : Homme ou femme de la génération X ou Passe-Partout. "Il y en a qui sont chanceux de ne pas travailler à matin! Moi qui vais être obligé d'aller m'entraîner seulement vers 19h30, dans le noir, après que les enfants soient couchés! Thug Life! (C'est la vie!) Chanceuse!"

Finalement, il y a le gars de la gratte qui arrive en arrière de moi et qui se dit:" Ouais, la madame va manger toute qu'une rince si je ne ralentis pas. Elle risque d'en avoir jusque dans les bobettes. Mais…

Des fois que ce serait l'enseignante de mon fils. Il la trouve tellement drôle. Ça pourrait être mon médecin de famille aussi. Elle a tellement été patiente avec ma petite dernière. C'est peut-être aussi la coiffeuse de ma femme. Elle est toujours de bonne humeur lorsqu'elle revient de son salon le samedi matin. Ça pourrait être aussi la petite vendeuse, toujours souriante de chez Intersport. Je pense que je vais ralentir finalement".

Il n'a pas vu mon sourire, mais je le remercie d'avoir levé le pied afin de permettre à une maman ordinaire de finir sa « run » sans neige dans les bobettes.