Le 17 August 2022
Volume 40, Numéro 6
L'avis d'ici

L'avis d'ici

L'an dernier, après la saison des compétitions de Snocross SCMX, la Fédération avait organisé un banquet à Lévis où tous les compétiteurs et promoteurs étaient rassemblés. Le prix de la meilleure organisation fut alors remis à Shipshaw alors que nous en étions à notre toute première année comme hôte. Février 2010 n'aura pas fait mentir notre réputation puisque cette activité fut une réussite à tous points de vue. Une réussite qui s'appuie sur une solide organisation. En plus d'une soixantaine de bénévoles, le comité a pu compter sur l'aide de la ville.
 
La semaine précédant les compétitions, 200 barrières anti-émeute et 200 cônes ont été mis en place pour baliser le site et ses annexes. De plus 300 voyages de neige de camions 10-roues ont été nécessaires pour construire la piste de course et les différents sauts. Pour le transport des spectateurs à partir des différents stationnements (Centre communautaire et municipalité), un autobus rouge de la STS (habituellement affecté au transport de touristes l'été) faisait la navette aux 10 minutes vers le site du Centre récréo touristique (Marina).
Côté sécurité rien n'a été négligé :
?    18 agents de sécurité affectés aux différents         stationnements, y compris celui des visiteurs en         motoneige, soit le terrain de soccer rempli à         capacité;
?    10 agents de sécurité sur le Saguenay et le         périmètre de course;
?    2 policiers en motoneige;
?    l'ambulance St-Jean.

Des ententes avaient également été prises avec le club Caribou-Conscrit pour l'utilisation d'une dameuse leur appartenant et dont le travail s'avère essentiel pour «resurfacer» la piste après une course.

À l'intérieur du Centre, 20 employés travaillaient aux services de bar et de restauration. Voilà pour l'aspect organisationnel de la ville Hôte, mais la maîtrise d'œuvre de l'aspect compétition appartient au SARAS qui opère les guichets, bar et restaurant et qui conclue des ententes avec la Fédération SCMX pour tout l'aspect compétition. Son président, Gérald Asselin de St-Félicien, prépare le calendrier des compétitions, invite ses pilotes de motoneige de haut calibre. Ils étaient 115  à venir de partout au Québec et en Ontario. Après les qualifications, les meilleurs coureurs se partageaient $10,000.00 en bourses. Certains compétiteurs étaient même accompagnés de leurs enfants. Quelques-uns, assis sur de minuscules mais vraies motoneiges, ont même compétitionné entre eux sur le circuit des grands. Impressionnant et spectaculaire. Il semble qu'on doive commencer tôt pour devenir un champion.  Après Shipshaw le calendrier amènera les coureurs à Couaticook puis au grand prix de Valcourt. Ce que j'ai beaucoup aimé, en plus des compétitions évidemment, c'est le côté plein- air de l'activité, dans un endroit absolument superbe et ces engins tous plus colorés les uns que les autres. Et que dire des costumes pour la motoneige, le quad, etc.  La foule, bigarrée, affichait également un côté bon-enfant, tantôt étonnée, tantôt souriante, résistant au froid en s'agglomérant aux différents paliers d'un amphithéâtre naturel surplombant les sauts incroyables des coureurs. Une foule de tous âges mais où la jeunesse avait une place prépondérante. Beaucoup sont même venus en famille et ont aimé présenter à leurs enfants Monsieur Flocon et Madame Desneige, les 2 mascottes de Saguenay en neige.

Aux dires du président d'honneur de l'évènement, M. Fabien Hovington, les objectifs de faire connaître notre magnifique Centre récréo touristique, de faire travailler nos 19 jeunes formés en cuisine professionnelle qui y œuvrent, d'amener une clientèle supplémentaire dans nos dépanneurs, ces objectifs donc ont été atteints.

Fièrement Shipshaw affiche maintenant 2 évènements majeurs qui font son renom et qui apporte une manne touristique fort intéressante : en été le festival forestier et en hiver le snocross SCMX. Ainsi, dans un équilibre à maintenir, chacun de nos 2 quartiers peut en tirer parti et s'en enorgueillir.