Le 23 January 2022
Volume 40, Numéro 1
Une passion qui se traduit par l'enseignement

Une passion qui se traduit par l'enseignement

Madame Linda Côté a débuté sa nouvelle passion en 2001 lorsqu'elle a créé une boutique sur la route Coulombe pour y vendre des petits meubles en bois qu'elle souhaitait agrémenter de peinture décorative.  Elle a commencé par prendre des cours à Jonquière pendant six semaines, pour se rendre à l'évidence que ça n'allait pas assez vite à son goût. Elle débute alors une formation à Montréal pour développer et perfectionner sa technique de peinture sur bois.
Après environ un an de création pour sa boutique « Pinceaux magiques », elle se fait approcher par une dame de Shipshaw pour qu'elle lui enseigne les techniques de la peinture sur bois.  Elle décide alors de faire un essai  pour voir si elle aime ça et si elle se débrouille dans l'enseignement. Linda commence à donner des cours dans sa salle à manger avec 9 filles du coin.  L'année d'après ce sont 26 élèves qui franchisent les portes de sa résidence à toutes les semaines pour apprendre les rudiments de cet art qui gagne en popularité. C'est ainsi qu'évolue sa nouvelle passion et que se précise sa mission d'enseigner.

Deux ans après le début de cette nouvelle aventure, elle décide de consacrer le deuxième étage de sa maison pour faire un atelier de peinture afin de continuer à donner ses cours de peinture. Elle a maintenant son atelier qui peut accueillir 5 personnes à la fois.  On y retrouve des pièces de bois vierges créées par son époux Émile Roussel, ébéniste de métier.  Les élèves peuvent acheter directement leur matériel sur place car on retrouve aussi peinture, pinceaux et patrons pour tous les goûts.  Tout pour être autonome et fonctionnel au même endroit.

Depuis 2002, ce sont plus de 50 élèves qui pratiquent à toutes les semaines cette passion. Madame Côté donne des cours cinq après-midis et cinq soirs par semaine dans son atelier. Elle a même ouvert un nouveau groupe en avant-midi, car elle a de la difficulté à refuser des élèves. En plus de ces séances régulières de semaine, elle donne 3 à 4 ateliers par année, d'un jour par fin de semaine, pour transmettre des techniques spécifiques et réaliser un projet en une journée. Ses élèves sont toujours à la recherche de nouveauté et elle aussi.

Linda Côté trouve son inspiration à travers les choses simples qui sont utiles dans le quotidien. Designer de formation à la base, Linda Côté se décrit comme suit : « Je suis neutre, je décore neutre. Je veux que ce soit intemporel. Si tu veux une boîte en bois, ben elle va servir à faire quoi ta boîte? Il faut qu'elle ait une utilité. On va la faire selon ton besoin et avec les dimensions nécessaires. C'est l'avantage d'avoir un ébéniste accessible. »

Elle va trois fois par année suivre des formations à Montréal et elle est toujours à l'affût de la nouveauté et des nouvelles techniques. Parmi les techniques qu'elle enseigne, il y a la peinture sur bois, sur toile, sur verre, vitrail, la résine.  La plupart du temps, les élèves lui font faire le vernis de finition ou les techniques plus spécialisées comme la résine. Elles travaillent beaucoup en trois dimensions, avec des pièces de bois rajoutées sur une œuvre ou du vernis de finition qui permet de faire du relief sur la pièce.

Linda peint des pièces par temps perdu, souvent après ses cours, tard en fin de soirée. Comme elle me le dit: «les gens ont besoin de voir des pièces peintes pour avoir le goût et être stimulé à créer. Moi, je leur donne le goût de ce que demain on va faire pour que les filles reviennent. C'est ainsi que je transmets ma passion. Ce n'est pas moi qui suis passionnée, ce sont les filles qui le sont. Je leur dis: «tant que vous êtes passionnées, moi j'embarque là-dedans. Quand elles viennent de reculons, je les aide à trouver la raison et je respecte ça.  On ne peut pas toujours avoir le même intérêt» m'explique-t-elle avec sincérité et enthousiasme.

80% de ces étudiantes sont originaires de ShipshawComme elle me le mentionne: «Moi je suis Shipshaw 101, je l'ai dans l'âme et dans mon cœur. Moi je veux accommoder les gens d'ici pour qu'ils aient de la formation et du matériel comme en ville. Alors, je privilégie les gens d'ici pour mes cours». Un autre avantage, c'est que les personnes demeurant toutes assez proches, viennent toujours au cours même l'hiver, car elles ont peu de route à faire.  Et le professeur est toujours , puisqu'elle donne ses cours à même son domicile. Les cours sont donc très rarement annulés. Mais elle a quand même quelques étudiantes qui viennent de La Baie, Chicoutimi et Jonquière qui se sont jointes à elle il y a déjà quelques temps.  Et comme elles lui disent: «tu ne te débarrasses pas de moi comme ça, asteure que tu m'as prise dans ton groupe». C'est donc dire qu'elles apprécient leur professeur et leur milieu de création.

À la fin de l'année, au mois de mai, Linda Côté fait une exposition d'une fin de semaine de toutes les œuvres qu'elle a créées durant les sept mois de coursC'est l'occasion de se procurer des pièces peintes à des prix très accessibles.  Premiers arrivés, premiers servis, car les élèves de ces cours convoitent souvent certaines pièces. Un rendez-vous à ne pas manquer pour avoir des créations uniques et de qualité faites par une artiste d'ici. Le coup d'œil vaut assurément le détour.

Nadine Boily