Le 5 August 2021
Volume 39, Numéro 6
Opinion

Ah, la culture!

Récemment, j'ai eu la chance d'assister à un spectacle de danse très contemporain. Passionnée comme je le suis par cette discipline, les démarches artistiques excentriques ou peu conventionnelles m'enthousiasment. Ça ne me dérange pas quand certaines choses m'échap-pent dans un numéro.

Le public présent avait de prime abord une ouverture d'esprit semblable à la mienne. J'ai donc été très surprise quand, une demi-heure avant le spectacle, les gens ont été conviés à une présentation de mise en contexte.

Je ne peux pas nier la bonne foi de la présentatrice. Elle a livré un beau discours sur la danse et les arts en général. Elle a abordé l'histoire de la troupe que nous allions voir. Elle a même expliqué la signification du mot «scénographie».

C'est la pertinence des informations qui m'ont laissée perplexe. Grosso modo, ce sont toutes des choses que je savais déjà. Ça m'a amenée à me questionner. Faut-il vraiment autant préparer le public pour présenter un spectacle moderne, de nos jours, au Saguenay?

J'admets que notre bassin de population n'est pas comparable à celui de Montréal. Des artistes underground populaires dans la métropole réussiront difficilement à percer dans la région. La compagnie de danse dont il était question a cependant un rayonnement mondial.

Pour être brève, la mise en contexte m'a semblé sous-estimer le public. J'avais l'impression d'assister à une prérencontre scolaire pour avertir les élèves qui pourraient manquer de maturité.

J'exagère un peu, mais c'est le senti-ment que ça m'a donné.

Sincèrement, j'ap-précie ce genre de démarche pour préparer les gens quand ils risquent d'être choqués. Dans ce cas-ci toutefois, je pense qu'ils savaient à quoi s'attendre et que ce n'était pas tout à fait approprié. C'est comme si on s'était trompé de public cible. Tant qu'à avoir une rencontre d'informations, on pourrait donner des renseignements méconnus ou insolites, qui capteraient vraiment l'attention de l'assistance.

Peut-être que je m'en fais trop pour de petits détails, mais je crois que les habitants du Saguenay ont autant le potentiel que ceux de n'importe quelle autre ville d'apprécier un spectacle. On n'a pas été nommé capitale culturelle du Canada en 2010 pour rien.