Le 22 October 2020
Volume 38, Numéro 8
Visite surprise au cercle des fermières de Shipshaw
Reportage

Visite surprise au cercle des fermières de Shipshaw

Dans son édition du mois de février 2019, le Journal La Vie D'ici a publié un article intitulé : '' Le réconfort des enfants au bout des doigts.'' Dans cet article on pouvait y lire que les membres du Cercle de Fermières de Shipshaw confectionnaient des toutous et des doudous pour les enfants qui sont sous la supervision de la Direction de la protection de la jeunesse de Jonquière (DPJ).  Un projet qui avait vu le jour en 2018. 

Généralement, il est convenu que les fermières vont porter ces précieux petits objets à la Direction de la protection de la jeunesse qui sont remis par la suite aux enfants en toute confidentialité.  Il y a quelques semaines, le Cercle de Fermières de Shipshaw a reçu une visite surprise, de la visite rare.  Amélie Côté intervenante et Sylvain Boucher Chef de service à la Direction de la protection de la jeunesse de Jonquière sont venus rendre visite au Cercle de fermières de Shipshaw. 

Quelle belle occasion d'ouvrir les portes de l'atelier de couture! Sylvie Arseneault, la marraine du projet, et Rachelle Kirouac, une des couturières, ont eu le plaisir de partager leur expérience et d'expliquer avec minutie toutes les étapes de la confection des toutous et des doudous.  Nos visiteurs ont eu le privilège d'en apprendre davantage sur les secrets de la fabrication de ces précieux objets.  Des tissus placés dans l'ordre, des fils assortis, de la précision dans la confection des yeux jusqu'à la vérification de la qualité, tout a été présenté dans les moindres détails.  

Tout en visitant notre atelier, ce fut aussi une belle opportunité d'en apprendre un peu plus sur le rôle des intervenants. C'est plus de 300 enfants qui sont sous la supervision de la Direction de la protection de la jeunesse à Jonquière à chaque année. Les intervenants jouent un rôle délicat auprès des enfants; chaque situation est unique et demande une attention particulière.  Depuis quelques années, la Direction de la protection de la jeunesse fait l'objet de plusieurs critiques ou commentaires négatifs. Sylvain Boucher explique qu'il faut voir le bon côté des choses; il précise que cela met en lumière la complexité du rôle des intervenants de la Direction de la protection de la jeunesse auprès des enfants, un rôle régi par des règles et des lois.  

Ce fut aussi l'occasion d'en apprendre encore un peu plus sur l'origine de ce projet de confection des toutous: il manquait un tout petit bout à cette histoire.  Ainsi, tout a débuté alors qu'Amélie Côté supervisait une étudiante qui était en stage dans une maison pour personnes âgées.  Des objets avaient été confectionnés pour être remis à des enfants. Les objets étaient très beaux mais ils devaient obligatoirement être sécuritaires pour les enfants. C'est ainsi que de fil en aiguille, d'une conversation entre Amélie et sa mère, Sylvie présidente du Cercle de fermières de Shipshaw à l'époque, cette aventure a débuté. Comme le rappelle Sylvie Arseneault : '' c'est la plus belle œuvre sociale, ces enfants font partie de notre communauté, c'est une belle façon de participer au bien-être de notre communauté''.  

Il fallait aussi partager avec les visiteurs une préoccupation, histoire de se rassurer un peu : les toutous sont-ils toujours aussi populaires? Absolument ont répondu de façon affirmative Sylvain et Amélie.  Ils sont parfois le seul lien affectif, ce sont des amis, des confidents, des frères, des sœurs.  

Lorsque l'on remet un cadeau à une personne, on aime voir la manière dont elle réagit; pour ces enfants, il faut agir avec finesse à cause des règles de confidentialité.   Est-ce que l'enfant est content, qu'est-ce qu'il en pense, comment le savoir?  C'est un aspect qui fera l'objet d'une réflexion plus approfondie par Sylvain et Amélie afin de trouver une manière d'aller chercher le témoignage des enfants tout en respectant leur anonymat.   Cela prendra peut-être la forme d'un cahier avec des témoignages écrits par les intervenants.  En savoir un peu plus, c'est un souhait exprimé pour la prochaine année. 

Pour conclure cette rencontre, le Cercle de fermières a ouvert toute grande la porte de son armoire, une armoire remplie de toutous et de doudous qui sont partis entre les mains de Sylvain et Amélie, des toutous pour le réconfort des enfants. 

L'atelier de confection des toutous et des doudous recommencera en janvier prochain, c'est de cette manière que le Cercle de fermières de Shipshaw poursuivra sa mission dans la communauté. 

Ces toutous sont confectionnés par des mères, des grands-mères qui réparent des cœurs pour des enfants qui se cherchent une maison. 

 Donnez- moi un peu de fils des aiguilles et du coton il n'en faut pas  plus pour réparer un cœur en pièce,    

 Donnez- moi un peu de fils des aiguilles et du coton je vous broderai une maison (chanson interprétée par France Castel)