Le 2 December 2021
Volume 39, Numéro 9
Hommage
FADOQ

Hommage

Quand j'étais enfant, mes parents se faisaient un devoir de rendre visite à la famille pour leur souhaiter la sympathie quand une personne décédait. La première fois que j'ai vu un mort, (je devais avoir 5 ans), ce fut à l'occasion du décès du père d'une amie, nos voisins d'en face. Je me souviens, comme si c'était hier, d'être entrée dans le grand salon et avoir passé tout droit vers la cuisine. Dans mon souvenir, j'étais avec mon grand frère, Jean-Claude qui essayait de me faire avancer vers la tombe; je n'ai jamais voulu m'approcher, j'étais figée et sur le bord de faire une crise. À ce moment-là, j'ai commencé à avoir peur des morts. Je me suis toujours demandé, quand la mère de mon père est décédée, pourquoi je n'ai pas pu la voir. Aujourd'hui, je comprends très bien, mon père ne voulait pas vivre la même expérience en m'amenant avec lui. 

Depuis, j'ai quand même gardé cette coutume de rendre une visite à une famille endeuillée pour lui offrir mes sympathies. 

Durant la pandémie, il y a des personnes qui décèdent et nous ne pouvons pas rendre hommage à la famille comme il se doit. Voici donc nos amies de la Fadoq qui ont perdu un être cher : 

Le 8 octobre 2020 décédait madame Clémence Gilbert, mère de Gisèle Beaulieu; 

Je partage avec vous un petit texte que ses enfants ont écrit sur l'avis de décès : « Notre mère ne connaissait plus son âge, sa mémoire s'est détricotée lentement mais, sans doute pour nous rassurer, jamais elle ne s'est plainte ni découragée. Il suffisait pour nous de l'accompagner, de la chérir, et de faire de notre mieux ». 

Le 18 décembre 2020 décédait monsieur Joseph-Serge Drapeau, amie de cœur de Marie-Élyse Gaudreault; celle-ci a partagé avec moi les derniers moments de son amoureux. 

Le 17 janvier 2021 décédait madame Édith Ouellet, mère de Élyse Duchesne; je connais Élyse depuis plusieurs années et je suis certaine qu'elle s'est occupée de sa mère avec la sensibilité et la tendresse qu'on lui connait. Elle a été proche d'elle et l'a accompagnée jusqu'à la fin. 

Nous savons que Gisèle, Élyse et Marie-Élyse étaient des proches-aidantes et je souhaiterais leur rendre hommage au nom de tous les membres de la Fadoq. Elles ont veillé au bien-être des personnes qu'elles ont aimées par leur gentillesse et leur bonté. 

Aujourd'hui nous vous témoignons toute notre sympathie. 

« Quand une personne que vous aimez s'envole, une partie d'elle reste liée à votre cœur. Son sourire, ses yeux, son parfum, le bruit de son rire, sont des souvenirs qui ne vous abandonneront jamais ».