Le 28 September 2022
Volume 40, Numéro 7
La Vie d’Ici souligne cette année ses 40 ans
Saviez-vous Que...

La Vie d’Ici souligne cette année ses 40 ans

La Vie d’Ici souligne cette année ses 40 ans 

Permettez-moi un petit retour sur son origine, ses premiers balbutiements et l'équipe extraordinaire qui a orienté sa destinée. 

Point de départ (1982). Jean-Claude Lavoie est maire de Shipshaw. Comme il est très ouvert d'esprit et progressiste, il tient à informer les Shipshois sur les affaires courantes de la municipalité, les projets en cours et les décisions du conseil. Il publiait donc mensuellement une feuille par la poste qui donnait l'information aux citoyens. Son titre : « le conseil t'informe ». 

Au début de l'été 1982, Jean-Claude m'aborda et tenta de me convaincre de mettre en place un petit journal local qui comprendrait l'information du maire mais aussi qui permettrait aux 30 associations bénévoles de Shipshaw d'y trouver leur place. Évidemment j'ai refusé net, sachant très bien la somme énorme de temps, d'énergie, de coordination, de mise en place d'une équipe que cela impliquait. Il a tenté de me tordre un bras mais je n'ai pas fléchi. Malheureusement j'avais oublié que j'étais marié avec sa sœur, Rolande, qui a un immense pouvoir de persuasion et d'influence sur ma petite personne. Mon premier non, s'est peu à peu transformé en NOUI, puis j'ai dû perdre la consonne restante au mois d'août. J'avais donc le bras dans le tordeur, mais tranquillement je me suis moi-même fait à l'idée que j'avais dit oui. 

Restait à mettre en place une équipe dont le niveau d'inconscience mais aussi de générosité allait permettre de jeter les bases de la Vie d'Ici. (à suivre) 

___________________________________________________________________________________________

Chez TIM # 1

Préposé: votre commande s.v.p.

Denys: vendez-vous encore du café ?

Préposé (moqueur):  attendez, je m'informe.

Denys passe sa commande.

Préposé: vous pouvez avancer.

Denys:  je ne peux pas, il y a un véhicule en  avant de moi.

Préposé (moqueur): c'est pas supposé ça. Je m'informe. 

Chez TIM #2

Je fais la file jusqu'au point d'arrêt.

Préposé: on peut prendre votre commande ?

Denys:  je vais prendre la même chose que  l'auto qui m'a précédé.

Préposé (qui en a vu d'autres): c'est bien la 1e fois que je l'entends celle-là. 

Dépanneur #1

Après avoir fait le tour des rayons, je fais un appel à l'aide. 

Denys: avez-vous des pêches en «can» ?

Préposé: non, on en a plus malheureusement.

Denys: j'imagine que vous n'avez pas de «can» à pêche non plus ?

Préposé (avec le sourire):  essayez-vous de me mettre en boîte vous là ? 

Dépanneur #2

Tous les jours je passe au dépanneur pour acheter le journal de Québec. Je me présente donc pour payer le 1,89$ à la caisse après avoir lu les gros titres.

Denys: est-ce que ça coûte moins cher quand  les nouvelles sont mauvaises ?

Préposé: c'est le même prix.

Yves Gagné en renfort : si c'était le cas, il faudrait te le donner tous les matins. 

 

Erratum

Suite à ma chronique de janvier, un ami me faisait remarquer à juste titre que la citation de Louis XVIII sur l'exactitude était inexacte en partie. En effet la date de 1790 est un anachronisme bien involontaire. Par ailleurs, après la révolution française où son prédécesseur Louis XVI fut décapité, il fallut attendre en 1814 pour que Louis XVIII porte la couronne. Par contre sa fameuse citation aurait été publiée dans ses mémoires en 1832. Désolé mais heureux que l'on me ramène à l'ordre.