Le 28 September 2022
Volume 40, Numéro 7
Activités
AFEAS

Activités

L'impact de la pandémie majoritairement sur les femmes

Simone de Beauvoir nous a dit: «N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant». 

Voici une partie du mémoire déposé au Comité parlementaire de la condition féminine et de l'égalité des genres dans le cadre des audiences sur l'impact de la COVID-19 sur les femmes. 

«Nous n'avions pas anticipé que cela proviendrait d'une crise sanitaire, mais nombreuses sont les prises de position qui font état du recul des femmes depuis le début de la pandémie et du confinement, tant au Québec, qu'au Canada et ailleurs dans le monde. Personne n'avait, semble-t-il, anticipé une crise sanitaire de cette ampleur. Dès son début, elle a fait ressortir des inégalités flagrantes entre les femmes et les hommes, surtout pour les femmes racisées et immigrantes. 

Parallèlement, la pandémie a mis en lumière le travail des personnes, restées en poste pour que l'essentiel de la société continue à tourner et que les personnes malades puissent être soignées. Dans le milieu de la santé, 80 % du personnel est féminin, les proches aidantes sont des femmes, le milieu de l'éducation compte aussi sur des travailleuses. Quelle est donc la réalité des femmes depuis le début de la pandémie ? Quel impact a eu et a encore sur les femmes le confinement et la fermeture des garderies, des écoles et des commerces, les emplois essentiels, le télétravail ou le chômage, les mesures d'hygiène et de distanciation à gérer et la peur de contaminer ses proches? 

Ce sont en majorité les femmes qui sont au FRONT depuis le début de la pandémie. Pourtant, les femmes, les principales intéressées, sont exclues des cellules décisionnelles, et ce, même si les décisions, prises au jour le jour, les concernent directement». 

Journée de la femme

Le 8 mars 2022 avec le slogan «L'avenir est féministe» met en lumière la nécessité d'agir pour un monde tissé de liberté, de solidarité, de justice, de paix et d'équité. Je souhaite à toutes les femmes de Shipshaw de passer une très belle journée avec leurs amies en pensant à toutes les femmes qui ont passé avant nous et qui nous ont tracé le chemin pour la paix et l'équité. Le 9 février 2022, nous avons souligné un siècle de combat. Une délégation de 400 «Suffragettes» demandait alors le droit de vote. Quand j'entends des filles et des femmes me dirent qu'elles n'iront pas voter, j'avoue que c'est déconcertant surtout quand tu penses au combat héroïque de ces 4 fondatrices: Idola St-Jean, Grace Julia Parker, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie et Thérèse Casgrain; elles n'ont jamais lâché pour que nous ayons ce droit de vote. 

À toutes ces femmes de Shipshaw qui s'impliquent pour le mieux-être des plus démunis et continuent le combat de l'équité et de la paix, un immense MERCI! 

Bénévoles du comptoir vestimentaire